16_Pousse toi ma grosse

Refaire un plancher de 2metres par 3,5, j’y passe une vingtaine, plus surement une quarantaine d’heures, je suis un menuisier lent.(il n’y a pas de jeu de mots dans cette fin de phrase) Mais je sais fabriquer des équerres de métal à moindre coup, surtout quand Denis me donne le matériel et me prête ses outils. Je dis merci et m’active.
En démontant le plancher la caravane se déforme et les béquilles de stabilisation menacent de déchirer la tôle du sol. Il faut donc désolidariser la caisse du châssis, en la montant sur des chevrons et des chandelles afin d’en conserver la forme. C’est Denis qui va prendre les opérations en main. On va en avoir pour l’après midi, chandelles, cales en bois, chevron, agglos, tout y passe. Elle est caler. Mais quand même la jonction entre les passages de roues et les cloisons n’existe plus ! Tant pis on verra bien quand on remettra tout ça au sol.
Et comme parallèlement j’ai un métier et accessoirement une famille, je ne vais pas bricoler pendant quelques jours. En revenant, je trouve la caravane sur le coté, genre pousse toi tu m’encombres. Des décors ont été ranger dans l’atelier et pour ça la caravane à été poussé, sans bien sûr être remis en place.
Alors je fais coin coin et remets en place le théâtre des opérations. Je me rappelle que je ne suis pas chez moi, il ne faut jamais oublié ! Jamais !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *