28_Porte mental

Allez, je vais me la faire cette porte et je ne me doute pas que je vais y passer trente heures. Je vais sauver une partie du bâti de l’ancienne porte, je bloque sur la volonté de conserver un ensemble creux pour qu’elle soit la plus légère possible. Ce sont mes visiteurs qui doutent de ma santé mentale, me voyant démonter pendant des heures un morceau de planche complètement pourri. Il y a une quantité de découpes impressionnantes pour ce bout de bois de 60×190 cm et une somme importante de manipulations pour des matériaux les plus divers. Je n’ai pas trop mesuré l’ampleur de la tâche, surtout que Denis me fais reprendre systématiquement toutes les phases, je ne colle pas assez, je laisse trop de matière, je devrais mettre des clous, ajouter des agrafes, mettre du vernis et penser à peindre en noir après avoir raboté. Je sais qu’il a raison sur chacune des étapes mais j’appréhende ses visites même si elles sont toujours accompagnées d’un café, d’un thé, de chocolat, d’une pâtisserie ou d’un bon mot bien senti sur un sujet d’actualité, un évènement ou une personnalité de la vie locale ! C’est chouette d’avoir un ami surtout que je viens de lui flinguer sa disqueuse. Ça tombe bien elle est encore sous garantie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *