31_les aphtes punk

J’ai l’impression d’avoir passé plus de temps sur cette porte que sur n’importe quelle autre partie de la caravane. Mais aujourd’hui, c’est sûr, je vais l’installer et l’ajuster, c’est sûr !! C’est sans compter sur un Denis fin décidé, qui m’explique qu’il est temps d’en finir et de mettre le turbo. Ah ! J’avais pourtant l’impression de ne pas trop trainer, mais c’est vrai qu’à bien y regardé, je suis quand même lent. Visseuse en main, Rocket© en poche, on fixe le plancher. La caravane se redresse et commence à devenir élégante en abandonnant son côté Gordini© à l’envers !! On va passer 12 heures ensemble à solidariser les cloisons au plancher en ajoutant des renforts qui nous permettront sans nul doute d’affronter la piste de cross d’Ecot mais aussi le désert des Agriades. Et comme dans ce fameux désert, nous oublions de boire et de nous nourrir, ce n’est pas bon de sauter les repas, d’autant que même si les températures redeviennent positives, l’humidité de l’air et le café d’atelier finit par te refiler des aphtes.
Dans un sursaut d’humour, nous écrivons chacun deux lettres à destination des générations futures, celles des irradiés, celles qui démanteleront la caravane, nous glissons les deux feuilles dans l’enveloppe en inscrivant dessus message important et nous faisons disparaitre le tout sous le plancher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *