40_Le polyane noir

Heureusement que ça fonctionne ! Depuis octobre que l’on est sur ce projet, il n’aurait manqué qu’une m….. de ce genre. Il nous reste moins d’une semaine et aujourd’hui, les gens de l’Est Republicain, le plus fort tirage de la région viennent nous voir. Pour travailler un peu avec eux, je les connais, si on n’a rien de visuel à leur proposer, ils vont nous pulvériser menu. On va trouver un stratagème artistique pour dissimuler l’absence de peinture. Nous allons bâcher la caravane prétextant que nous ne voulons pas qu’elle soit vue avant la journée du sténopé…être artiste, c’est mentir, un peu, beaucoup et si je n’ai rien d’un artiste, je sais bien mentir ! Nous allons passer trois heures à emballer l’objet sous une belle bâche noire. Succès garanti, prendre en photo une masse noire, n’importe quel photographe hurlerait et c’est le cas, Françis Reinoso, nous maudit en arrivant ! Même si nous avons imaginé une mise en scène autour, nous avons du mal à lui faire admettre que nous ne voulons pas que l’on nous reconnaisse sur les photos. Nous portons tous les trois des masques à souder. On aimait bien le côté Daft Punk, mais rien n’y fait, après moult débats, on abandonne l’idée, même si nous trouvons qu’elle était bonne ! Après la séance, nous nous remettons au boulot, Denis va finir de poser les plaques de flancs et je termine les assises des bancs. Serge, le journaliste chargé de la rédaction de l’article, pris d’un élan de générosité se propose de venir mettre la main au pot, il passera le lendemain tout mettre au noir. Olivier lui retourne dans son atelier et continue à frénétiquement travailler sur son projet « Castor 75 ».

Une pensée sur “40_Le polyane noir”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *