42_Mise au jaune

Denis va encore passer une journée et une partie de la nuit, a réglé des menus détails, notamment l’étanchéité du lanterneau et des bords du toit, il s’applique à passer un tissu armé d’une résine. Pendant ce temps Olivier ponce, il est fin motivé, on se met une dernière fois d’accord sur les motifs à peindre, c’est une partie cruciale, je n’aurais que changer d’avis que trois fois outre l’envie de la peindre en noir et de marquer POLICE ou en blanc annoté de VACCINATION, dans les deux cas, elle aurait été malvenue sur les quartiers ou dans les écoles…. Olivier termine d’appliquer la peinture d’accroche et apporte tous ses outils et les pots de peinture à l’atelier. Il sait comme nous qu’il lui reste deux jours et trois nuits. Comme d’habitude, il va falloir faire un travail présentable dans un laps de temps record. La tension est palpable, nous sommes tous fatigués, nous décidons de filer droit et surtout, surtout de ne pas nous mettre des pancartes sur la gu…le pendant les 72 heures qui restent. Pour maintenir le moral des troupes au plus haut, je fais des courses alimentaires digne de la mairie de Paris sous Chirac, sauf que nous ne travaillons pas sous des lambris doré et que les nuits vont être fraiches.

Une pensée sur “42_Mise au jaune”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *