15_L’esprit d’escalier

Passage, liste en main, chez les différents magasins à bricoler du coin. Tous des voleurs ! A combien t’est vendu une latte polonaise, de la planche brésilienne ou de la visserie chinoise de mauvaise qualité ? S’agit-il encore de Francs ? Je fuis les brico-daube en tous genre et trouve du bois du Jura, de la visserie allemande et toutes ces bonnes choses bien en euros! Au vu de la facture, je ne veux surtout pas me persuader que j’aurais dû acheter une caravane plus récente, de toutes façons, moins sympathique dans la forme. Elle aurait été moins pourri, c’est sûr et je me serais probablement mis à compter les heures passer à la transformer.

Denis se veut rassurant, une caravane est construite comme un avion, de la latte, du balsa et des feuilles d’aluminium, rien de sorcier ! C’est sûr, on a échappé au pire, elle aurait pu être en toile et se serait appelé une tente ! Je vais devenir un spécialiste de l’aéronautique, voir un aficionados de la conquête spatiale. Juste avant de commencer ce projet, je terminais un tri-plan tchèque de 1923 d’après des plans trouver sur un site internet ukrainien, les étapes de montage étant traduites par un exilé kosovar en Irlande. Je sens l’esprit d’Oemichen me souffler dans la nuque. Je vais finir par avoir l’esprit retors…

Je pourrais toujours essayer de fabriquer une caravane dragster, avec un siège baquet sur la flèche de traction à défaut d’un jardin cannabique à roulettes.

Au mieux, en la rendant bien étanche, je pourrais toujours la satelliser, Denis et François ayant déjà fabriqué le lanceur. Et puis comme ça je pourrais toujours aller voir ailleurs si j’y suis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *