27 octobre 2011_Carte Blanche à Voujeaucourt

Démarrage sur les chapeaux de roue, nous installons la caravane à l’intérieur de l’Arcopolis ainsi que notre dispositif lumineux, tous le monde est halluciner, notre machine est hors du commun et surtout intrigeante. Les premiers portraits sont difficile à réaliser, la quantité de lumiére est insuffisante, nous en ajoutons et nous rendons compte que la quantité ne suffit pas, c’est l’implantation qui est mauvaise. Olivier est tendu comme un élastique de culotte trop petit, il va péter une durite compte tenu du fait qu’il à commencer à bosser sans avoir pris ses trois cafés…entre deux groupes de participants, nous mettons les choses au clair, en bon intelligence en buvant des cafés…et tout ce mets en place. De mon coté, je suis un peu « speed », la part de labo et de prise de vue est difficile à mener en étant seul avec dix personnes, mais dés les premiers résultats, les choses s’assemblent naturellement.

Dans une ambiance « Zumba », la chanson va être diffusé environ mille huit seize fois dans le lieu, nous sommes complètement conditionné, j’ai parfois le sentiment d’être dans un supermarché de la culture. Nos réflexions tournent autour de la forme de la manifestation, le fond nous semble cohérent…
au final, les résultats sont encourageant. Les adolescents bien que contraints (peu auront choisis notre ateler) sont séduits par nos travaux, certains reviennent voir comment les autres groupes travaillent. Nous allons faire environ 80 sténopés et 40 portraits peints.

Esthétiquement il y a beaucoup à faire, mais le résultat est là, il y a de la production et le plaisir est palpable. A l’issue de la manifestation, il nous faut deux heures pour ranger, nous en profitons pour faire un petit bilan, les erreurs sont analysés et les moments positives mis en avant. L’équipe des Francas semblent être content de notre travail, d’autant plus que nous avons valorisé les portraits sur des supports et les sténopés sont scannés et diffuseé sur grand écran. Nous concidérons NO LIFE ANTI.DOT comme une réussite tout en gardant bien en tête les améliorations à apporter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *