Inauguronzan

Quand Alain m’a appelé ce soir là, je savais qu’il n’y aurait pas de budget !

inauguronzan-3385

Mais bon, c’est comme d’hab, j’ai beau dire que je préfère ne rien foutre plutôt que d’aller au turbin pour des queues de cerises…et encore, depuis un an, même les queues de cerises ne font plus parti de la rémunération, mais nan, j’en ai pas assez, j’y vais quand même, c’est pas un cilice que je vais demander pour me faire payer mais un clystère  !
J’ai accepté, pas par sympathie pour EELV, je déteste leur chef de file, vous savez le type là, ancien membre de la fédération anarchiste qui se revendique aujourd’hui comme un libéral libertaire…quel poilade. J’ai toujours adoré le portrait que fait de lui le journal « La Décroissance » : « le Canada Dry de la politique : ça a la couleur de la rébellion, l’odeur de la rébellion, le goût de la rébellion, mais ce n’est pas de la rébellion ; c’est juste l’idéologie capitaliste classique sous une face souriante et décoiffée. Un produit marketing redoutable ». Peu importe au fond, je ne souhaite pas transformer le blog de la caravane en tribune politique, j’en ai tellement entendu sur moi ces derniers mois que je ne souhaite pas en rajouter, ce qui importe ce sont les actes ! Et je sais que y’en a des qui vont se marrer en lisant ça , mais moi, j’ai ma conscience pour moi, en’y a des qui peuvent pas en dire autant…
La motivation première était bien sûr de rencontrer Pierre Frankael, je suis ses frasques depuis un moment, sa démarche nommé Alsacherie, son concept d’affichage calligraphique et ses slogans drôles, frappants et pertinents…
La seconde est que j’ai malgré tout un faible pour le groupe EELV de Montbéliard, même si je ne partage pas toujours leurs prises de positions.
La troisième était que j’avais envie de renouer avec l’affichage sous le soleil, ayant pratiqué ce concept à plusieurs reprises avec le collectif ‘Ero et récemment sur le quartier de la Petite Hollande à Montbéliard…


C’est marrant, mais le matin même une amie me citait une phrase de Prévert, comme quoi dans la vie «Il n’y a pas de hasard , il n’y a que des rendez vous…». Et ce matin là, j’avais rendez-vous avec un type génial, qui fait des choses génial et qui les partage !
Je ne vais pas décrire le déroulement de la journée, il n’appartient qu’a ceux qui nous ont rejoins, mais si il y a une chose que je souhaite faire remarquer, c’est la joie, les sourires et le bonheur qu’ont pu apporter ces slogans, ces mots noirs sur fond blanc. Et même si pour Noël j’offrirais à Pierre un pinceau avec un correcteur orthographique intégré, là c’est l’hôpital qui se moque de la charité,  on est loin du travail de Ben, ou d’une démarche purement « street art ». On est dans l’engagement politique et ça c’est vivifiant, parce que le concept est cohérent, limpide, accessible, intelligent et populaire. Cohérent par les endroits où il s’affiche, limpide parce qu’il s’adresse dans un langage simple et efficace, accessible parce que exposé dans la rue à la vue de tous, intelligent parce que les phrases sont murement réfléchis en amont, populaire parce qu’elles nous concernent tous et ce même si nous ne sommes pas d’accord ou parce que nous vivons en contradictions avec nos pensées !

Ça n’empêche, en partant, je n’ai eu de cesse de me demander comme faire sans bagnole ? Comment faire sans centrale nucléaire ? Comment faire sans emploi ? Au final, à bien y réfléchir nous nous sommes tous laissés imposer un mode de vie assez peu vivable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *